Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Eric de Falco

Le blog de Eric de Falco

conseiller général du 1° canton de Rouen


Il n'est plus temps de crier au loup!

Publié par Eric de Falco sur 30 Juin 2009, 09:11am

Catégories : #politique nationale

 

 

La liste du Front National, conduite par Steeve Briois et Marine Le Pen, est arrivée en tête du premier tour de l'élection municipale d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) dimanche 28 juin, avec 39,34% des voix Le candidat divers gauche Daniel Duquenne est arrivé en deuxième position avec 20,19% des suffrages, devant la liste d'Union de la gauche emmenée par le socialiste Pierre Ferrari et soutenue par les communistes et le MoDem (17,01%). Quatrième, la liste des Verts obtient 8,52% des voix, tandis que la liste de l'UMP, conduite par Nesrédine Ramdani, arrive en sixième position (4,34%).

Rassemblement de la gauche


"J'appelle à un front républicain dès ce soir, je ferai tout pour que le Front National ne gagne pas à Hénin-Beaumont", a lancé Daniel Duquenne à l'annonce des résultats.
"Une triangulaire serait suicidaire", a-t-il assuré à l'adresse du jeune candidat socialiste. "Il faut convaincre les Héninois: le Front National à Hénin-Beaumont, c'est quatre ans et demi de malheur."
Dans un communiqué, la secrétaire nationale du Parti communiste Marie-George Buffet a appelé "au rassemblement de la gauche, dimanche prochain". "La dynamique de rassemblement des forces progressistes peut permettre, dès demain matin, de créer les conditions d'une victoire dimanche prochain face à Marine le Pen. Je propose aux forces de gauche d'engager ensemble ce combat", a déclaré Marie-George Buffet.
Une victoire conforterait la situation de Marine Le Pen, successeur désigné de son père à la tête du FN, et montrerait que l'extrême droite n'a pas disparu du paysage politique, malgré ses 6,34% aux dernières européennes. Mais, en cas de victoire, la mairie reviendrait à Steeve Briois, Marine Le Pen étant première adjointe.
Ancien adjoint de Gérard Dalongeville, Pierre Ferrari, 27 ans, a été investi par le PS pour mener la principale liste de gauche qui rassemble le PCF, le MRC et le MoDem. Pierre Ferrari n'a toutefois pas reçu le soutien de la Fédération PS du Nord.

Au delà de la situation locale très particulière, il est bien évident que cette situation est très significative de l'état de notre démocratie. Une situation d'insécurité sociale avec un gauche atomisée où le candidat qui se présente avec l'étiquette du principal parti d'opposition sans en avoir obtenu l'investiture est un boulevard pour les extrèmistes même si tout le monde sait que celà ne résoudra évidemment rien!

Faut-il que la suffisance des uns alliée à la rancoeur accumulée des autres soient le ciment de l'inconséquence politique! Ce spectacle consternant laisse mal augurer des combats futurs. Il nous faut retrouver très vite l'esprit qui a construit le programme commun et l'union de la gauche. Comment des partis aussi différents ont-ils pu construire ensemble un avenir à gauche pour notre pays? dialogue, négociations, stratégies de convergences, voilà la voie à suivre. Il faut savoir si l'on souhaite construire ensemble une société plus juste ou si l'on préfère mener chacun chez soi des combats sans issue. Les Français commencent à le comprendre et ne pardonnerons pas aux politiques de ne pas s'y consacrer.

Commenter cet article

Archives

Articles récents