Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Eric de Falco

Le blog de Eric de Falco

conseiller général du 1° canton de Rouen


Le printemps des quartiers défavorisés?

Publié par Eric de Falco sur 24 Février 2013, 07:41am

Catégories : #politique nationale

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présidé dans la matinée du mardi 19 février un Comité interministériel des Villes. "Il ne peut pas y avoir de territoires qui ont le sentiment d'être abandonnés", a déclaré le chef du gouvernement lors d'un déplacement à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

Pour autant, le gouvernement n'a pas l'intention de lancer "un plan Marshall des banlieues". Austérité budgétaire oblige, les 27 propositions se font d'ailleurs à budget constant, sans mobilisation de moyens nouveaux, sauf l'expérimentation de 2.000 "emplois francs", qui prévoient une subvention de 5.000 euros pour l'embauche de jeunes des quartiers.

Aucun chiffre n'est ainsi donné pour la poursuite de la rénovation urbaine, bien que soit entériné le lancement d'une nouvelle génération d'opérations, promesse de campagne de François Hollande. En revanche, pour éviter le saupoudrage, les crédits spécifiques du ministère de la Ville (500 millions d'euros) seront concentrés sur un millier de quartiers, les plus déshérités, contre 3.500 aujourd'hui.

30% des emplois d'avenir doivent bénéficier à des habitants de zones urbaines sensibles (ZUS), tout comme 25% des services civiques. Les banlieues difficiles doivent bénéficier en premier de la scolarisation des enfants de moins de trois ans et de l'embauche de nouveaux enseignants, etc.

Cette "mobilisation du droit commun" est souvent restée " vœux pieux". Pour éviter cet écueil, il a été préparé dix conventions trisannuelles qui fixent noir sur blanc des objectifs chiffrés, assortis d'un calendrier. Histoire de placer chacun devant ses responsabilités.

 A l'autre bout de la chaîne de décision, les acteurs locaux sont aussi priés de monter à bord. Les futurs contrats de ville seront ainsi signés avec les préfets, les élus locaux et régionaux, mais aussi le recteur d'académie, le directeur de l'agence régionale de santé, de la caisse d'allocation familiales ou de Pôle Emploi... Ces contrats uniques, au niveau des intercommunalités et non plus des mairies, devraient être signés après les municipales de 2014.

En attendant, les habitants des quartiers populaires, qui avaient massivement voté pour François Hollande, pourraient s'impatienter. "Le changement commence à se faire attendre", a ainsi noté lundi Mohammed Mechmache, le président du réseau AC, Le Feu né après les émeutes de 2005. Alors que le taux de chômage est 2,5 fois plus élevé dans les ZUS qu'en moyenne nationale, "on ne peut pas continuer à mettre des rustines sur des chambres à air où il n'y a plus de place", a-t-il lancé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents