Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Eric de Falco

Le blog de Eric de Falco

conseiller général du 1° canton de Rouen


merci à tous et rendez-vous le 16 aout

Publié par Eric de Falco sur 14 Juillet 2010, 07:51am

h_11_ill_1310495_gorce_100224.gif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> Lorsqu'on sait que le petit Louis (dernier de Sarkozy) est scolarisé depuis septembre à Dubaï<br /> l'article s'éclaire d'un jour nouveau !<br /> C'est intéressant.<br /> "Pendant que le gouvernement ratiboise les effectifs des profs, Sarkozy veut imposer une réforme<br /> géniale. Il a décidé d'offrir aux expatriés la gratuité des écoles et lycées français de l'étranger. Un<br /> cadeau sympa, non ? Sauf qu'il va surtout profiter aux plus aisés, et que l'addition, pour l'Etat,<br /> s'annonce carabinée. Ces écoles, très cotées étaient jusqu'à présent payantes. Certains lycées sont<br /> des établissements publics, d'autres, privés sous contrat. En tout 160 000 élèves y sont scolarisés,<br /> dont 80 000 français. Sous la tutelle du Quai d'Orsay, chaque établissement fixe assez librement ses<br /> tarifs et ça atteint des sommets: 5 500 euros l'année à Tokyo, 6 500 à Londres, 15 000 à New York<br /> et 17 000 euros -le record- à San Francisco.<br /> Au diable l'avarice! Pour les expatriés modestes, un système de bourses plutôt généreux est déjà en<br /> place.<br /> A New York, par exemple, il faut gagner moins de 65 000 euros par an -pas vraiment le smic- pour<br /> décrocher 4 500 euros d'aide. Environ un quart des élèves français bénéficient d'une bourse. Mais<br /> pour Sarko, ce n'était pas assez. Depuis l'an dernier et à la demande express de l'Elysée, l'Etat<br /> prend en charge l'intégralité des frais de scolarité des élèves français de terminale... quels que<br /> soient les revenus des parents. Plus besoin de bourse ! A la rentrée de septembre, ce sera le<br /> tour des premières, puis des secondes l'an prochain, et ainsi de suite. "<br /> J'aurais pu commencer la gratuité par la maternelle, a expliqué Sarko, le 20 juin dernier, devant la<br /> communauté française d'Athènes. Mais j'ai voulu commencer par l'année la plus chère pour que<br /> vous puissiez constater la générosité des pouvoirs publics français." Encore merci !<br /> Mais générosité pour qui ? A Londres, l'une des familles concernées par ce généreux cadeau<br /> déclare plus de 2 millions d'euros de revenus annuels. Et deux autres gagnent plus d'un million.<br /> Jusqu'alors, une partie du financement était assurée par des grandes entreprises<br /> françaises désireuses d'attirer leurs cadres vers l'étranger. Ces boites, comme Darty ou Auchan,<br /> rentrent déjà leur chéquier : pourquoi payer les frais de leurs expat' si l'Etat régale ? Un coût qui<br /> fait boum Au Quai d'Orsay, l'Agence française de l'enseignement à l'étranger a simulé le coût de<br /> cette plaisanterie mais s'est bien gardé d'en publier le résultat. Lequel est tout de même tombé dans<br /> les palmes du "Canard". D'ici dix ans, appliquée du lycée jusqu'au CP (sans parler de la<br /> maternelle), la gratuité coûterait à l'Etat la bagatelle de 713 millions d'euros par an !<br /> Intenable ! La vraie priorité, c'est l'ouverture de nouveaux établissements, pas la gratuité. Mais<br /> pourquoi Nicolas Sarkozy s'est lancé la dedans ? Peut-être parce qu'il se sent personnellement<br /> concerné par la question : après avoir été annoncé à New York puis à Londres, petit Louis est<br /> finalement inscrit au lycée français de Doha... Et il va falloir payer ! Auditionné par le Sénat à la<br /> fin juin, Bernard Kouchner n'a pas nié ces menus "inconvénients". Son cabinet songe d'ailleurs à<br /> couper la poire en deux : une gratuité partielle... mais toujours sans conditions de revenus. Sauf<br /> que, pour le moment, Sarko n'en veut pas. "Je tiens beaucoup à la gratuité", s'entête-t-il à chaque<br /> déclaration à l'étranger. Sans prendre le temps de préciser comment sera financée cette très<br /> généreuse gratuité !<br /> A DIFFUSER LARGEMENT. Ce ne sont pas les médias qui nous le diront. Et puisqu'il faut faire<br /> des économies à l'Education Nationale, je vous laisse juges. Tout va bien. Surtout pour certains.<br /> Il n'y a plus d'argent ???<br /> <br /> <br />
Répondre

Archives

Articles récents